Get Social With Us
 

#24 – La cuisine d’Ophélie, Rambouillet, 55m2

Ophélie's Kitchen Book

Je n’ai pas vu le temps passer durant les 4h de shooting dans la cuisine d’Ophélie. Il émane d’elle une douceur magnétique qui suspend le temps et vous retient sur place. La séance alternait fous rires, émotion et découvertes culinaires. En plus de m’avoir faite sortir de ma zone de confort en allant shooter hors de Paris (ça c’est mon côté parisien détestable qui parle), Ophélie m’a fait découvrir des techniques de cuisine toutes simples qui rendent les plats meilleurs et plus jolis. Tout devient plus magique dans ses mains. Regardez son compte Instagram et vous comprendrez. Ce n’est pas pour rien qu’il y a 27 000 personnes qui la suivent sur ce compte. Lancé à un moment où elle avait vraiment besoin de faire quelque chose de ses 10 doigts, son blog est vital pour elle, tout comme la cuisine qui lui a sauvé la vie.

Il n’est pas facile pour moi de trouver des mots pour parler de ce shooting tellement il m’a bouleversée. J’étais à la fois excitée d’aller shooter Ophélie et à la fois apaisée de la rencontrer et d’apprendre à la connaître. Elle est exactement celle que j’imaginais, si ce n’est meilleure. Douce, chaleureuse, généreuse, elle illumine tout ce qu’elle touche et ceux qu’elle rencontre. On a beaucoup parlé de partage, de transmission, de la relation mère-fille, de contact humain durant le shooting. Elle me conforte dans l’idée que toutes les bonnes choses prennent du temps. Au final, ce n’est pas la destination qui compte mais le plaisir de voyager. Pour toi ma Ophélie, je prendrai le train quand tu veux pour venir te voir 😉

#1 – Quelle est ta relation avec ta cuisine ?
Fusionnelle, je crois bien.

#2 – Est-ce que ta cuisine actuelle ressemble-t-elle à celle de ton enfance ?
Pas du tout, elles sont bien différentes, nous avions une grande cuisine ouverte, avec un îlot central, une réserve avec d’immenses étagères, des rangements en veux tu en voilà, très bien équipée, une pièce que ma mère passionnée de cuisine avait bien pensé, conçu et bichonné durant des années. Il y aurait eu tout ce je voulais pour m’amuser en cuisine mais non ce n’était pas ma passion à l’époque.

#3 – Quel est le plat que tu as fait qui a récolté le plus de succès ? Et un souvenir de recette ratée que tu n’oublieras pas ?
Il y en a deux ! Mon Rougail saucisse, recette d’où je suis originaire : l’île de la réunion et un poulet à l’orange, des morceaux de poulet croustillants, une sauce sucrée-salée, caramélisée à l’orange, un plat découvert dans un fast-food asiatique de Californie qu’avec mon homme on a voulu à tout prix retrouver et la refaire de temps en temps pour se souvenir de nos beaux voyages la bas. Une recette ratée, et autant dire que celle-ci me suis encore, le point de départ comme disait ma famille il y a encore quelques jours : un pizza immangeable, dans un plat à tarte tous les ingrédients je précise non cuit versé dessus, évidemment rien n’ cuit, ça a rendu de l’eau, bref je me suis cachée sous la table ! Et dire que j’étais certaine de mon coup !

#4 – Que ressens-tu quand tu cuisines ?
Du bien être, je suis dans ma bulle. Parfois je ne pense à rien, ça me vide la tête et parfois c’est le lieu de toutes mes réflexions folles ! Pour moi la cuisine a été et restera ma thérapie à toute épreuve, la meilleure qui soit. J’aime pouvoir apporter plaisir et gourmandise autant à moi qu’au personnes qui m’entourent. La cuisine est aussi tout une question de souvenirs associes à un plat, à un geste, à une personne, à des moments de vie, j’ai ce besoin de ressentir une émotion lorsque je cuisine. Bon, il faut se l’avouer car il y a des jours je n’idéalise pas la cuisine et ça arrive que ça devienne une corvée, agacement ressenti lol !

#5 – Quels sont tes projets à venir qui auraient un lien avec la nourriture ?
Je n’en sais trop rien à vrai dire, j’aimerais faire tout un tas de choses, mais j’attends mon 2ème enfant pour septembre, j’ai du mal à me projeter pour l’instant. Mon blog et aussi Instagram m’ont permis de m’ouvrir des chemins insoupçonnés, faire des rencontres toutes aussi belles les unes que les autres que je n’aurais jamais imaginé quelques années auparavant et qui ont parfois changé beaucoup de choses dans ma vie. Tout n’est que du bonus, qu’il y ait des projets ou non je cuisinerais toujours autant par amour et par passion. Et je laisse mon destin et la persévérance faire le reste.

#6 – Peux-tu décrire ta cuisine ?
Un poil vieillotte, longue, étroite, peu de plan de travail, mais lumineuse et ouverte sur l’extérieur.

#7 – Quels sont tes ustensiles et tes livres de cuisine préférés ?
Mes cuillères en bois, des grandes pour le salé, des petites pour le sucré, oui je ne les mélange pas. J’utilise beaucoup d’épices et elles prennent vite le goût lors des cuissons et l’avantage est que ça n’abîme pas les casseroles. Toujours un torchon à portée de main, utile à tout moment. Mes baguettes chinoises, je ne mange pas un plat asiatique sans elles, ça n’aurait pas la même saveur ;-). Inutile mais je le trouve tout mimi, mon petit poussin qui sépare le blanc du jaune de l’oeuf, je ne m’en sépare pas. Une planche à découper en bois car plus hygiénique que celle en plastique, mon grand couteau bien aiguisé qui me suit partout, ces deux sont inséparables et indispensables dans la plupart de mes préparations. Mon pilon, ramené de mon île, il est en roche volcanique, tout bon réunionnais en a un chez lui, pour écraser : ail, piment, épices etc … Mes cups & spoons à mesure ramenées des Etats-Unis bien utiles lorsque comme moi on tente des recettes américaines.

Les livres de cuisine, je voue un réel culte. Déco, photo, livres de recettes, j’aime tout ce qui touche de près ou de loin à la cuisine pour être brève. Paris Kitchen, Édition Jeu de Paume, un petit livre rédigé en japonais, je n’y comprend rien mais pour de l’inspiration déco c’est une petite merveille. Des reportages photos dans des apparts parisiens, je ne me lasse pas de le feuilleter. La photo culinaire par Virgine Fouquet alias Chef Nini je suis tombée dessus il y a quelques mois et il apporte de très bons conseils pour les débutants en photo culinaire, je reviens régulièrement sur ce petit livre pour les réglages et pour toujours mieux appréhender le mode manuel de mon réflexe. Cook par Jamie Oliver, mon premier joli bouquin de recettes de cuisine qui date de 2007. Jamie O. m’a fait adorer la cuisine. Son air cool, son aisance, sa créativité m’ont toujours fasciné, je ne me lasse pas des bonnes recettes de ce bouquin très varié, surtout autour des légumes. La petite cuisine à Paris par Rachel Khoo, j’ai adoré son concept d’un petit restaurant clandestin pour deux couverts seulement, elle a fait tester toutes ses recettes du livre à ses convives. Les recettes classiques françaises revisitées à sa manière, les photos de David Loftus et le stylisme par Elodie Rambaud ont été la base de mon inspiration gourmande au tout début de mon blog et ça perdure. J’ai pratiquement testé toutes les recettes de ce bouquin je suis juste une grande fan ! Beau et gourmand.

#8 – Qu’est-ce qui manque dans ta cuisine ?
Des plans de travail, des rangements, il me manque toujours de la place, je stocke beaucoup de choses dans la cave. Mon lave-vaisselle qui, par manque de place, se cache aussi à la cave (la corvée de vaisselle, j’aime pas !). Je dois encore prévoir quelques petits aménagements de certains espaces pour qu’elle puisse être plus fonctionnelle à mon goût et un peu de déco qui viendra seulement en dernier.

#9 – Peux-tu nous donner quelques astuces pour mieux organiser sa cuisine ?
Mes ustensiles favoris toujours à portée de main, les autres dans un tiroir. Je mets en avant dans les placards tous les objets, vaisselles ou aliments qu’on utilise le plus. Je change régulièrement la disposition du contenu de mes placards pour trouver celle qui sera le plus pratique, maniaque moi ?! Non !!!

#10 – Ce serait quoi la cuisine de tes rêves ?
Celle de mon enfance, elle restera à jamais mon idéal.