Get Social With Us
 

#22 – Cyrielle, Paris , 37m2 – Son univers

cover

J’ai été très impressionnée à l’idée d’aller shooter Cyrielle dans sa cuisine. Cela fait un moment que je lis son blog Carnets Parisiens et je suis absolument fan de tout ce qu’elle fait. Il y a toujours une douceur et une poésie incroyables qui animent ses photos. En les regardant, j’ai l’impression de lire un conte de fée. Son blog fait partie des sites où j’aime aller faire un tour quand je me sens stressée ou ronchon. Chaque série de photo raconte une histoire, me transporte loin de mon quotidien et m’apaise.

On a commencé la séance par une longue discussion sur… la psychologie – un sujet qui nous intéresse énormément toutes les deux. C’est comme ça que j’ai commencé à me sentir à l’aise, sortant de ma position d’admiratrice pour redevenir la photographe qui allait la guider durant le shooting.

L’appartement et la cuisine sont à l’image de son blog : poétique, aérien et touchant. Elle sait faire des merveilles malgré la petite taille de sa cuisine. On tenait à peine à deux dedans mais cela nous a permis de nous rapprocher. Au final, on a plus parlé de nos peurs, nos limites, nos zones de confort que de recettes. Mais c’est aussi ça la magie d’Inside Kitchen Project : oser se dévoiler le temps d’un shooting et révéler cette partie de nous si intime qui nous permet de nous sentir complet.

Merci à Cyrielle pour son partage, sa disponibilité et son sourire !

#1 – Quelle est ta relation avec ta cuisine ?
C’est un peu une relation “Un coup je t’aime, un coup je te hais”. C’est par période, il y a des moments où je peux y passer la journée et des périodes où j’évite d’y mettre les pieds. Le fait de ne pas avoir de lumière du jour y joue pour beaucoup. C’est pas une pièce agréable à vivre je trouve. C’est d’ailleurs beaucoup plus facile d’y être l’hiver ! Mais en été, franchement, j’ai plus envie de profiter des autres pièces plus lumineuses que de m’enfermer dans un 4m² mal éclairé !

#2 – D’où vient ta passion pour les pâtisseries ?
De ma gourmandise ! Je suis clairement plus bec sucré que salé, même si je me soigne ! Et ce que j’aime aussi en pâtisserie c’est le côté carré, il y a des règles à respecter. Et faire un entremets ou réaliser ses chocolats ça demande de la concentration et ça j’adore, ça me vide totalement l’esprit ! Plus je suis stressée, plus je pâtisse des choses compliquées.

#3 – As-tu un souvenir culinaire marquant de ton enfance à nous raconter ?
Ho oui ! Un soir ma mère a eu en tête de nous faire une grande gougère à mon petit frère, ma petite sœur et à moi. Une grande gougère au gruyère. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé, on était petits et on n’a pas aimé. Ma maman s’est vexée et nous a obligé pour la seule fois de notre vie à ne pas quitter la table tant qu’on aurait pas fini cette maudite gougère. Quand j’y repense aujourd’hui, ça me fait rire car les gougères c’est juste trop bon ! C’est hyper sympa à l’apéro avec du piment, du cumin, différents fromages…

#4 – Que ressens-tu quand tu cuisines ?
Je ne ressens rien ! Enfin c’est le but quand je cuisine, de faire le vide. C’est un moment en tête à tête avec moi-même, j’essaye de ne penser à rien et à laisser mon esprit vagabonder.

#5 – Tu tiens un très beau blog sur la photographie et le stylisme culinaire. Quelles sont tes sources d’inspiration ?
Elles sont assez diverses, je peux trouver l’inspiration dans tout et n’importe quoi : une envie de transmettre un moment de vie, un goût, une photo où l’ambiance m’a particulièrement marquée… J’aime tout particulièrement le travail de Elodie Rambaud, de Linda Lomelino et de Guillaume Czerw. Ce sont vraiment des stylistes et photographes qui m’inspirent beaucoup et que j’admire énormément.