Get Social With Us
 

#14 – La cuisine de Pascaline, Paris, 25m2

PL_IvyChang_05

On a mis beaucoup de temps pour fixer un shooting dans la cuisine de Pascaline. Cette jolie blondie, que j’appelle tendrement ma Doris (par rapport au fameux personnage dans Nemo), est toujours en vadrouille. Soit elle est en voyage à l’autre bout du monde, soit elle a des événements blogueurs, soit elle oublie tout simplement la date qu’on s’est fixé 🙂 Mais c’est justement son côté “dans la lune” qui la rend touchante. Si nos deux caractères sont à l’opposée, notre passion commune nous lie : la nourriture ! Nos retrouvailles peuvent se résumer en une seule phrase : “Qu’as-tu testé récemment ?” Foodista invétérée, Pascaline a longtemps bossé au Bonbon et ravissait les lecteurs du magazine de ses bons plans restaurants/bars/bistrots. Aujourd’hui, elle écrit sur sur son blog Pilier de buffet.

Même si on se connait bien maintenant, le shooting chez Pascaline m’a révélé d’autres surprises chez elle. Son rapport quasi-physique avec la nourriture qui la rend extrêmement drôle, son côté rêveuse qui lui permet d’apprécier les petits plaisirs et d’accueillir toutes les surprises de la vie. Comme elle a si bien écrit sur la porte de ses placards “Quand rien n’est prévu, tout est possible !” Ça laisse songeur 😉

#1 – Quelle est ta relation avec ta cuisine ?
Ma cuisine – kitchenetounette – c’est un peu une sorte de double/ange gardien/pote cool. Elle est toujours là, dans son petit coin de ma pièce à vivre, bien présente, exactement comme la bouffe est toujours dans un coin de ma tête. Là en permanence, mais sachant se faire oublier. Elle peut m’aider, mais aussi me frustrer !

#2 – Quelle est ta devise préférée en cuisine ?
“Quand rien n’est prévu, tout est possible !” Ça vaut pour tout : le voyage improvisé, la vie quotidienne, et je trouve ça très vrai en cuisine. J’ai horreur de suivre une recette, ce qui explique que j’ai si peu de bouquins. J’improvise, je regarde, je goûte, et pouf. Ça et bien sûr le “People who love to eat are always the best people”, un petit détournement 😉 Lien social démentiel et superbe introspection. la bouffe, c’est tout.

#3 – Que fais-tu à manger pour toi tout seul et pour tes amis quand tu les reçois ?
Je ne fais que très rarement la cuisine pour moi-même. Parfois, je teste, mais c’est ponctuel. Ce que j’aime, c’est grignoter, les buffets en fait. J’aime les produits plus que la cuisine, alors j’achète tout ce que j’aime et pouf. Ou des pâtes, car finalement je n’en mange que chez moi. Je m’emporte du quinoa poru le frichtis du bureau. Sinon, bien sûr, la seule fois où je ne déroge jamais à la règle : le vrai-faux brunch du week-end. Je me fais ma brouillade à l’huile de truffe, avec mes toasts, mon fruit et mon yaourt. Mmmmmmm.
Pour mes amis, c’est apéro-dinatoire. Une farandole de bonnes choses saines : fromages et vin avant tout, puis tomates cerises, trucs à “diper” genre houmous, etc. Je fais le fameux thon/st Morêt (en fait, meilleur avec du Madame Loïc, plus onctueux). Des roulades de saumons fumé/fromages frais, salades de lentilles, du quinoa, du kascha… mmm!
Si un homme est dans la pièce, un gloubi-glouba type wok de nouilles poulet et légumes.

#4 – Que ressens-tu quand tu cuisines ?
Une sorte de plénitude enthousiaste. Je suis heureuse. J’oublie un peu les merdes qui m’embrument l’esprit H24, je suis dans l’excitation et l’impatience de ce que je suis entrain de faire, je pense à la dégustation. Et j’ai aussi les voix des chefs Piège, Marx, Lignac, Constant, Arabian et quelques candidats de Top Chef en tête “c’est gougmang”.

#5 – Quelles sont tes sources d’inspiration ?
Les gens, les émotions, la vie, les cafés. Ma dernière obsession est de reproduire l’energy bar de Lina (KB Cafeshop, dans le 9ème). Sinon ma plus grande source est mon envie.

#6 – Peux-tu décrire ta cuisine en quelques mots ?
Petite, discrète. Beaucoup trop petite. En fait, je n’ai pas de cuisine, j’ai une petite plaque et un évier, habillée d’un bar. Je ne lui prête pas assez attention. Pardon.

#7 – Quels sont tes outils fétiches en cuisine ?
Tous les couverts. Le contenant et l’outil comptent autant que le contenu. Ils doivent être adaptés, beaux, classe et/ou ludiques. Je dois éprouver du fun et du plaisir rien qu’à le regarder et le tenir. Un grand verre à vin, une petite cuillère d’enfant toute rose, unc outeau à pain dont je ne me sers jamais mais que j’adore…

#8 – Qu’est-ce qui manque dans ta cuisine ?
UN FOUR !! ça me manque cruellement. Cruellement. Je devrais me bouger pour refaire mes quiches sans pâtes, flans bizarres et autres grillades de fruits secs. Yam.

#9 – Peux-tu nous donner quelques astuces pour mieux organiser sa cuisine ?
Rha, en bonne bordélique, j’aurais du mal à prêcher pour une paroisse que je ne fréquente guère, mais je dirais que les bons placards font les bons amis. Et les crochets aussi.

#10 – Ce serait quoi la cuisine de tes rêves ?
Une immense cuisine indépendante avec plan de travail au centre, de grandes baies vitrées donnant sur un sublime paysage en hauteur avec pour toile de fond la mer. En fait, il m’a déjà été donnée de voir une telle cuisine, en Corse, et c’était plutôt cool. En version pieds sur terre : une petite cuisine indépendante colorée et lumineuse avec vue pour que je puisse mater en cuisinant et écoutant la radio.